Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Citizen Bartoldi

Blog d'une citoyenne qui rêve d'une société solidaire et égalitaire mais qui voit ce rêve s'éloigner chaque jour un peu plus

Le féminisme m'a rendue misandre

Publié le 30 Janvier 2020 par Nina in féminisme, misandrie, Femme du XXIe siècle

 

Est-ce que ce ne serait pas un bon titre putaclic, ça. Si, bien sûr que si. Mais à un moment, va falloir expliquer deux ou trois choses à ceux qui adorent définir les féministes comme des rageuses qui haïssent les hommes… sans comprendre que notre (plus que relative) radicalité, c'est à leur comportement qu'on la doit.

Féministe misandre

Longtemps, je n'ai pas été féministe. Ou féministe de salon, dirons-nous. J'ai toujours été pour l'égalité des sexes, évidemment. Je suis fort satisfaite de pouvoir gérer mon corps à peu près comme je veux, surtout sur le sujet de la contraception. Et j'ai toujours considéré être un "je" plutôt qu'un "nous". Je n'ai jamais voulu dépendre d'un mec. Après, je trouvais certains propos "extrêmistes" et j'étais assez défavorable à toute discrimination positive. Pas parce que je remets en questions les compétences des femmes, juste que je trouvais que ça faisait cache-misère.

"Hé mais regardez, en France, on a l'égalité des chiffres, on gère". Aujourd'hui encore, je me méfie des chiffres qui vont bien pour masquer une certaine réalité. Mais j'ai conscience qu'à un moment, si t'essaies pas de dézinguer l'entre-soi et l'inégalité avec quelques lois… Bon, ça marche quasi jamais mais ça, c'est un autre débat.

Egalité homme-femme

Et puis, j'ai viré féministe. Une vraie, avec du poil sur les jambes ! Enfin, ok, c'est parce que c'est l'hiver car en vrai, j'arrive pas à passer au-dessus de cette injonction. Alors que j'ai littéralement trois poils en plus… Bref, j'ai viré féministe grâce notamment à Twitter qui m'a éduquée sur de nombreux sujets. Fait tombé les peaux de saucisson que j'avais devant les yeux. Expression un peu dégueu. J'ai réalisé tous les vices du patriarcat, l'oppression masculine, les normes dans lesquelles on élève petites filles et petits garçons… car l'éducation semble partir du principe que, bambins, nous sommes tous cis et hétéros, évidemment. Aujourd'hui, j'en suis au point où, si je devais me séparer de Victor, mec assez déconstruit, je ne pourrais pas me remettre en couple avec un homme. Sauf à en trouver un aussi déconstruit mais je suis pas sûre d'avoir la force. Alors oui, certaines meufs ont également besoin d'un peu de déconstruction, je dis pas. Je hurle de rage dès que l'une d'entre elles me sort le couplet de "mais y a des menteuses aussi" quand on parle harcèlement sexuel voire viol ou les "mais elle avait qu'à partir aussi" quand il s'agit de féminicides. Mais je me rappelle que je suis née dans un petit cocon aussi et que j'ai pas toujours eu de notions de tout ça. Et que certaines pourraient me trouver pas assez déconstruite. 

Fille dans son cocon rose

Mais pourquoi je dis que le féminisme rend misandre ? Tout simplement parce que dès que tu es étiquetée féministes, les hommes viennent t’agresser. Surtout ceux qui chialent en mode “c’est difficile d’être un homme.” Oh, bichon… ta gueule. Ceux qui hurlent à la misandrie sont précisément ceux à cause de qui j’ai désormais une méfiance quasi paranoïaque des hommes. La fin totale de ma patience quant à leur incapacité d’écoute. Je parle manspreading “non mais ça c’est un truc de jeunes”. Et je vous dis pas tout le mansplaining et male tears auxquels j’ai droit dès que j’explique aux hommes, même pas méchamment, qu’il n’y a rien de bon à être femme. On vit dans une société qui massacre les femmes dans une relative indifférence mais à la moindre évocation du mot “féminicide”, t’as un connard de mascu qui débarque pour nous expliquer qu’il y a aussi des hommes qui meurent, assassinés par leur moitié. Oui, Jean-Mascu, c’est vrai… un tous les 13 jours et plus de la moitié dans un cas de légitime défense de la part de sa compagne. Vraiment, tais-toi.

Photo trouvée sur le site Fais pas genre (clic)

Etre féministe rend misandre… pas le courant de pensées mais parce que beaucoup d’hommes ne tolèrent pas notre existence. Et à chaque fois qu’on ouvre la bouche, ils débarquent en troupeau nous rappeler à quel point ils sont problématiques. Et pour ceux qui ont envie de me faire un ouin ouin à base de not all men, je vous prie de vous taire.

Commenter cet article

Annia 16/09/2020 18:34

Je ne comprends pas trop les personnes commentant l'article en mode rageux, mais bon, on sait que les hommes n'aiment pas se prendre les vérités en pleine poire et qu'ils aiment encore moins les femmes qui les descendent de leur piédestal et qui font face. Oui, oui, j'en ai connu des comme ça et c'était finalement jouissif cette réaction de leur part.
Oui on vit dans une saleté de société patriarcale, où la femme a toujours été réduite à soit un objet sexuel, soit à être une bonne '' popotte''... Rien n' est pensé pour nous, les hommes ont toujours tendance à la condescendance, donc moi je n'ai jamais été contre remettre les pendules à l'heure. Je ne suis pas féministe, je ne l'ai jamais été, mais oui, hormis ma moitié, je méprise et j'ai toujours méprisé les hommes. Au passage, je ne vois pas de mots violents dans le texte de Nina..

Nina 16/09/2020 22:07

En fait, il faut comprendre deux choses : 1- ils ne lisent pas l'article et 2- ils pensent que leurs comms va "me faire taire", je suppose. Puisque très clairement, ils ne viennent pas lire la réponse. Regarde celui d'avant, il a tellement vomi pendant une plombe que son comm a été coupé et il ne l'a même pas remarqué. Mon comm souligne ce fait mais clairement, il ne reviendra pas. Du coup, sur les prochains, je vais coller des blagues misandres en réponse... :)

Après, leur but reste obscur, je suppose qu'ils frétillent en pensant qu'ils ont dead ça alors que chacun de leurs comms enrichit mon propos...

Carvalho 08/09/2020 18:22

J'ai du mal à avoir un avis tranché sur la question, indépendamment du bien fondé de la cause...globalement, contrairement aux certitudes absolues que ton texte exprime: Je ne supporte rien de moins que ce monolithisme idéologique, contre productif qui empêche toute forme d'esprit critique, qui catalogue untel ou une telle en fonction d'un mot, d'une phrase malheureuse. Je croyais que les féministes luttaient contre les amalgames, c'est à dire le mensonge...
Ce que je vois se dégager aujourd'hui du féminisme c'est une forme d'égregore qui échappe aux féministes elle-mêmes. Je ne vois pas en quoi Balek LLeme est doté d'un "égo de cristal", il affirme l'égalité de tous, est ce que là aussi cela te pose un problème? Je pense que tu cherches pas le débat mais simplement à avoir le dernier mot. Ta réponse à Claudio "Le système opprime les femmes. Toi, tu es opprimé par un individu" montre bien ta mauvaise foi, as-tu songé que lui aussi peut être victime du système, dans le sens où sa compagne réagit peut-être pas simple misandrie, consciente ou non (qui le sait? mais ça m'en a tout l'air d'après l'accusation de machisme qui ne me semble absolument pas justifiée). C'est trop facile de lui rétorquer qu'il n'est victime que d'une personne et de faire de chaque femme une victime du système. Tu fais un raccourci malhonnête.
D'autre part, il ne faut peut-être pas non plus en vouloir à des hommes qui ont vécu depuis l'enfance dans le culte mysogine du patriarcat, de ne savoir, sur un simple claquement de doigts modifier ce qui est profondément ancré en eux. Changer en profondeur, le seul changt qui vaille, cela prend du temps.
"Encore une fois, vous (tous les hommes qui arrivent comme par miracle sur cet article qui date d'il y a six mois)" Quel rapport avec la date de publication? je suis tombé absolument par hasard sur ce blog, et alors? Tu as toujours des jugements préconçus et un avis définitif sur tout, sur tous, ainsi que sur chaque catégorie? Chapeau! Tu es très forte.
Tu invoquera peut-être les "dégats collatéraux" de la cause lorsque des hommes se trouvent injustement accusés et amalgamés, mais ce sont les individus justement qui constituent un groupe, et nom le groupe qui détermine la qualité individuelle de chacun comme les féministes voudraient le faire croire, ce qui est complètement contre productif: Je doute que beaucoup de personnes acceptent de n'être que des "dégats collatéraux" et encore moins que cela serve votre cause, bien au contraire..
Tu vas me dire

Nina 13/09/2020 11:01

Je vais te dire quoi ? Je vais te dire quoi ??? Quel suspense (je vais rien te dire, ton discours est typiquement mascu sur l'égalité, "je croyais que les féministes" mais tu ne marques aucun point. Déjà, va te renseigner sur ce qu'est le féminisme, vraiment. Ca t'occupera, je te sens un peu trop désoeuvré, là)

Balek IIeme 04/09/2020 11:10

On s'en bat littéralement les couilles. On est tous égaux devant la mort et chacun sa merde. Merci de rapidement vous informer sur la dureté du monde les fragiles. Good times make weak people.

Nina 04/09/2020 12:01

J'adore les mecs qui débarquent ici en pleine violence et me traitent de fragile. Perso, quand je m'en bats les couilles d'un truc, je perds pas mon temps à commenter. Je comprends même pas le but de ton intervention, en fait. (m'explique pas, j'ai pas de baume pour les egos de cristal)

Ghislain 17/07/2020 16:54

Vos mots sont aussi violents que les inacceptables gestes de certains hommes.
Je lance la serviette, aussi bien être seul.

Nina 18/07/2020 13:01

Parce que les mots tuent ? Vous êtes incroyables à toujours vous victimiser. Chaque commentaire masculin sur cet article donne encore plus de poids à mon article, c'est fascinant "oui ok, près de 150 femmes sont mortes en 2019 tuées par leur compagnon ou ex compagnon mais toi, t'es méchante quand même". Je...

Claudio 15/06/2020 00:10

Durant 10 ans j'ai ramené le salaire, je me suis occupé des enfants, je faisais à manger, la lessive, l'aspirateur, serpillère et tout le tralala. Elle pouvait sortir et faire ce qu'elle voulait. Ensuite je suis tombé malade avec difficulté à gérer plusieurs tâches en même temps enfin bref pour aller au but, tant qu'elle avait sa vie et que je gérais tout, tout allait bien. Un jour j'ai juste demandé le partage des tâches ménagères car je suis trop fatigué et j'ai eu baisse significative pour gérer plusieurs tâches en même temps je suis un macho qui ne veut rien foutre. A lire ton article je peux comprendre pourquoi tu en arrives là et pourquoi une telle opinion se forge lorsqu'on regarde que majoritairement c'est les femmes qui ramassent. Mais quand on demande d'être équitable je vois pas.

Nina 15/06/2020 09:46

??

Ton histoire, que je ne remets pas en question, c'est juste la vie de la plupart des femmes, en fait. La charge mentale, elle est pour nous. Une femme a 6 fois plus de risques d'être quittée quand elle tombe malade qu'un homme. Six.fois.plus. Ce qui s'explique très aisément vu que les femmes sont rattachées au fonction du care donc il paraît inconcevable qu'elles quittent un malade alors que les hommes subissent moins de pression par rapport à ça.

Encore une fois, vous (tous les hommes qui arrivent comme par miracle sur cet article qui date d'il y a six mois) confondez système et individualité. Le fait que tu sois soumis et maltraité par ta femme ne remet pas en cause ce que les femmes survivent et ne vient pas contredire cet article. Le système opprime les femmes. Toi, tu es opprimé par un individu.