Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Citizen Bartoldi

Blog d'une citoyenne qui rêve d'une société solidaire et égalitaire mais qui voit ce rêve s'éloigner chaque jour un peu plus

Le travail est une souffrance

Publié le 28 Janvier 2020 par Nina in le travail, le travail est une humiliation, bullshit job

 

Promis, dernier article sur le travail… avant le prochain ! Je suis loin d’avoir fait le tour du sujet mais j’ai envie de parler d’un peu autre chose et je pense être arrivée au bout de ce cycle. Car du burn-out au bore-out saupoudré de toxicité, j’ai pu mesurer toute l’absurdité du monde du travail. Mais au fond, je crois que tout ça n’a qu’une explication : le monde du travail refuse de voir la vérité en face.

Le déni

Le fait est qu’il n’y a plus de travail. Je ne vous fais pas un discours sur le fait de se serrer la ceinture ou je ne sais quoi mais regardez tous les boulots qui ne servent à rien. Le Bullshit jobs de David Graeber déborde d’exemples de boulots qui n’ont pas sens. Regardez autour de vous, combien de métiers sont réellement indispensables ? Combien de personnes, dont moi, pourraient faire grève sans que la société en soit impactée ? Mais non, on continue d’occuper les gens une quarantaine d’heures par semaine, à inventer des métiers aux intitulés obscurs. J’ai parfois l’impression qu’on est tous en train de jouer. “Alors, toi, tu seras publiciste du lundi au vendredi, du matin au soir. Je te donnerai de l’argent pour ça. Par contre, c’est pas le Club Med, ici, on te mettra plein de coups de pression pour rien”. Ah oui parce que les dramas de la pub, mon Dieu… Parfois tu te demandes si t’as pas un peu tué quelqu’un tellement pète les plombs… pour rien. 

Barbie pète un câble

Comme j’ai une passion pour me torturer sur la question “que faire de ma vie” puisque comme j’ai dit et répété, j’aime pas mon job. Je tombe donc sur une vidéo d’Esther sur le bore-out qui montre un rush d’une ancienne vidéo où elle pleure un dimanche soir à l’idée de retourner bosser. Parce que le travail lui fait perdre du temps, du temps qu’elle aurait aimé consacrer à ses passions. Je te comprends, Esther. C’est précisément ce qui me fait péter un plomb dans ma totale inactivité : la rupture du contrat moral. Me faire venir alors que mon activité est nulle, c’est du kidnapping. Parce que vraiment, quitte à passer la journée le cul posé devant un ordi, je suis mieux chez moi. C’est fou la charge mentale que peut te mettre le fait de n’être payé pour rien alors que tout le monde le sait. Mais tu fais quand même semblant parce que tu sens que c’est ce qu’on attend de toi. Ridicule. 

Une femme qui meurt d'ennui au travail

Je ne comprends pas. Il n’y a plus de travail pour tout le monde parce que le progrès a supprimé pas mal d’emplois. Et c’est bien dans l’absolu, surtout pour les métiers pénibles. Ce n’est un problème que pour une seule raison : on ne veut pas nous lâcher la grappe. C’est fou quand on y pense. “TU VAS TRAVAILLER !” “Mais y a rien à faire !”. “Et bien tu fais semblant, tu secoues tes mains en l’air en te plaignant de ton dernier burn-out et tais-toi”. Imaginez, imaginez si on travaillait tous à mi-temps… non seulement y aurait pas de chômage mais en vrai, la société tournerait tout aussi bien. Même, pour les obsédés du ruissellement, je suis sûre que l’argent circulerait plus. Moi à mi-temps, je prendrais des cours de ci ou de là. Lae prof pourrait lui aussi prendre des cours vu qu’iel ne bosserait qu’à mi-temps. On serait tous plus cultivés, talentueux, heureux… 

Paradis

Mais non, quelqu’un a décidé qu’on devait trimer, contre vents et marées. Sérieusement, ça fait 20 ans qu’on est passés au 35 heures et on nous saoule encore avec un “nan mais faudrait revenir aux 39 heures”. Mais y a plus de boulot ! Pareil pour la retraite, ils vont faire quoi comme métier fictif nos aînés ? “Ah mais moi, des fois, je suis débordée”. Mais moi aussi Josette, je l’ai été. Pourquoi ? Parce que j’avais trop de temps perdus genre les réunions à 20 où tu parles deux minutes. Mais aussi parce que si y a trop de boulot pour une personne, il n’y en a pas assez pour deux… parce que je travaille entre 37,5 et 40h par semaine selon mes contrats. Si je passais à mi temps, il y aurait du travail pour trois avec un contrat identique. Et puis bon, dans mon métier, on vend des prestations à n’importe qui. Non mais j’ai été CM pour des marques de carafes ou de dentifrice. “Mmm, je comprends pas, personne ne s’engage sur notre page”. Ouais, peut-être parce que tu es une marque de dentifrice et que personne n’aime sa marque de son dentifrice. Toi qui me lis, est-ce que spontanément, tu connais ta marque de dentifrice ? Et est-ce que tu as envie que cette marque vienne te dire “wouah, le sourire, c’est vraiment important” ? Non. Mais je l’ai fait. 

Dentifrice

Bref, le monde du travail est devenu absurde et déclenche une véritable souffrance. Et dire qu’on avait cru un temps que le salaire universel serait un sujet aux dernières présidentielles. Finalement, à part Benoît, ça n’a intéressé personne… On n’est pas sortis du bourbier, je vous le dis. 


 

 

Commenter cet article

Giacc 17/02/2020 14:37

Hallelujah. Je me sens moins seul.

Nina 17/02/2020 18:24

En fait, quand tu te penches un peu sur le sujet, tu réalises qu'on est même une majorité. Mais on nous fait culpabiliser à mort pour ne pas qu'on en parle