Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Citizen Bartoldi

Blog d'une citoyenne qui rêve d'une société solidaire et égalitaire mais qui voit ce rêve s'éloigner chaque jour un peu plus

Hypercommunication, la confusion

Publié le 16 Avril 2020 par Nina in Actualités, Politique, Communication, coronavirus

 

Je ne comprends plus rien. Depuis qu’on a commencé à prendre le coronavirus au sérieux, les infos affluent. Très vite, très nombreuses. Tout le temps. Tout l’espace médiatique est rempli de l’avis de Dr Tartempion et de Dre Lambda, des interventions de Michel Cymes (qui s’est pourtant bien planté en amont mais bon…), du chiffre du nombre de morts, d’hospitalisations, de courbes aplaties ou non. Chloroquine, pas chloroquine, d’autres traitements, on comprend rien. Et pour saupoudrer le tout : notre cher Président qui n’en peut plus de ne rien dire.

Discours de Macron le 13 avril

Tout dans la posture

J’avoue que je n’attends pas après notre cher gouvernement pour me comporter prudemment. La conduite de la crise est très compliquée. Cependant, il faut à un moment choisir entre posture et efficacité. Malheureusement pour nous, j’ai pas l’impression que notre président ait fait le bon choix. Euphémisme ! A-t-on déjà vu un gouvernement contraint d’expliquer le discours du Président parce que les gens n’y comprennent rien ? Oh oui, il a une pensée complexe, le Monsieur, sans doute sommes-nous trop stupides pour comprendre. C’est drôle, je voulais justement faire un article sur le faux argument de l’intelligence supérieure qui justifierait des comportements de merde… Ouais, très clairement, je considère que l’hyper intelligence (?) n’est jamais une bonne excuse pour mal s’exprimer.

Trop intelligent rend connard
Bon exemple de mec qui pense que son intelligence l'autorise à être parfaitement odieux

Narcisse s'écoutant parler

D’ailleurs,on va se dire les choses : Manu, il n’est pas particulièrement intelligent, il est juste totalement narcissique. Jupiter, Clémenceau, Churchill, rien que ça. Pour qui te prends-tu, Manu, pour qui te prends-tu ? Toute cette hype que tu as fait monter pour ce discours de lundi, attendu avec impatience et, parfois, anxiété par ton peuple, ces gens qui t’ont élu plus de force que de gré… Moi non. Parce que j’avais eu le résumé de ce qui avait été dit en Italie quelques jours plus tôt et que je savais que si eux visaient un déconfinement le 04, nous, ce serait fatalement le 11. Et puis j’ai pas la télé et je n’avais aucune envie de me chercher un stream pour écouter un discours de 27 minutes qui peut se résumer en un tweet. Surtout qu’apparemment, t’as un peu oublié de prévenir tes ministres qui se sont retrouvés un peu en panique quand on a commencé à leur demander comment on allait faire le 11. 

Edouard Philippe

 

On voulait juste connaître la suite, en toute sobriété

Moi, je suis une personne qui ne demande qu’à changer d’avis en bien. Si je n’aime pas trop avoir tort, s’il y a un point sur lequel je suis ravie de me tromper, c’est quand j’ai une mauvaise appréciation d’une personne et qu’elle se révèle bien plus intéressante ou compétente que ce qu’on aurait pu croire. J’étais prête à accepter que tu ne sois pas à côté de la plaque, que tu puisses te montrer pertinent sur cette gestion de crise. J’ai bien été d’accord avec Xavier Bertrand ce week-end… Alors, oui, il est possible que Bertrand joue la carte de la démagogie mais je suis d’accord sur le fond. C’est pas pour autant que je voterai pour lui si un jour, son nom apparaît sur le bulletin que j’ai entre mes mains. Mais je ne suis pas du genre “tout pour” ou “tout contre”. Mais tu n’as pas compris le problème. On ne t’attendait pas toi, lundi, pas du tout. Philippe, Véran ou un chat rigolo auraient très bien fait l’affaire. On voulait juste connaître la suite. Et encore, on n’a eu qu’une date, comme ça, sans trop de détails. Moi, des questions, j'en ai des tas. Comment va-t-on pouvoir se procurer des masques sans y perdre un oeil, pour commencer ? Non parce que vu la pénurie de PQ y a un mois, je ne peux pas croire que les gens vont se montrer raisonnables sur le sujet. Ca va être un pillage des pharmacies. Et après ? Est-ce que je suis safe pour mon père et sa malformation aux poumons ou ma soeur enceinte ? Pourrai-je aller les voir cet été sans leur faire courir le moindre risque ? Et encore, moi, ma situation est suffisamment confortable pour que ce soit mes deux seules questions. Quoi que j’aimerais savoir ce qui est prévu pour nous faire retourner au boulot en toute sécurité… j’ai pas de vélo et mon taf est à 2h de chez moi à pied… Non que ça me gênerait de marcher 4h par jour dans l’absolu mais j’ai pas non plus envie de partir à l’aube et rentrer au crépuscule. Et puis on nous explique que le sport, niveau propagation du virus, c’est le pire. Alors y a toujours débat si la marche, c’est du sport ou pas mais si je me retrouve derrière un joggeur et son flux de miasme...

Projection aérosols jogging coronavirus
En vrai, entre ça et les schémas qui montrent les projections quand on parle et tout, je veux plus jamais sortir de chez moi

On te croit pas, Manu

Bref, on comprend rien. Pour être honnête, sur mon whatsapp et mon skype, ça ricanait un peu en mode “le 11 mai, dans tes rêves” mais bon… Mais surtout, Manu, je comprends pas ton teasing, là. Franchement, ce week-end, ça se touchait dur son ton discours qui serait historique, un discours de rassemblement, les paris y sont allés bon train. Tout ça pour ça. Tout ça pour ça. Une pote italienne a ironisé sur le fait que tu avais décalé car t’aurais pas assez de temps pour copier/coller le discours italien. Mais c’est surtout, qu’apparemment, t’as confondu ton discours avec une dissert de philo où il faut donner de la profondeur. Genre subtil clin d'oeil aux Jours heureux... qui ne passe pas du tout. Mais ton côté poseur n’est pas à la hauteur des enjeux. On est en stress, on est inquiet. Certains se retrouvent sans emplois, sans ressources. Il y a la maladie qui guette. Cette sensation d’année pour rien avec des projets qui partent en fumée et le couperet qui risque de tomber “Va falloir travailler dur pour rattraper. Pas de vacances, plus de 35h, bye les acquis sociaux”. Mais pourquoi ? Pourquoi sommes-nous punis alors que nous n’avons rien fait pour mériter ça ? On subit, on s’adapte comme on peut et on doit passer à la caisse après ? Et toi, au lieu de nous rassurer, tu fais des phrases qui ne veulent rien dire, des promesses en l’air. Alors oui, tu as changé de posture, tu as rajouté un peu d’humilité dans ta prose, un peu de chuchotis, aussi. Mais si on veut voir du ASMR, on va voir sur les chaînes dédiées. 

ASMR

Pilote l'avion au lieu de prendre la pose

Et je n’en peux plus. De cette posture de l’homme qui prend des jours pour écrire son discours. De la mise en scène médiatique de tout ça. Surtout pour un mec qui, je suis désolée de le dire, n’est pas un bon orateur. C’est pas forcément la qualité première d’un politicien qui m’intéresse, hein, mais avec Macron, j’ai l’impression que chaque événement, monté en épingle tel quel dans la presse et sur les réseaux sociaux de ses fidèles toutous, finit immanquablement par accoucher d’une souris.  A l’heure actuelle, nous avons besoin d’un pilote qui sait où il mène l’avion, pas d’un poseur qui se voit en Churchill ou je ne sais qui. Je m’en fiche de tes mots, Manu, de tes références, de ta fausse humilité, de ta prétendue intelligence. Je veux juste être sûre qu’on va se sortir de là sans trop de mal. Et quand je t’entends m’expliquer que tu ne testeras pas tout le monde car ça n’a pas de sens alors que c’est ce qui est préconisé depuis des mois, que je vois que tu annonces une ouverture des écoles le 11 mai contre les préconisations de ton conseil scientifique… je me dis qu’on n’a pas le cul sorti des ronces. Surtout quand je découvre qu'on explique que c'est Brigitte qui a voulu réouvrir les écoles car c'est une ancienne prof. J'en peux plus des deux affreux, là.

Peut-être que dans quelques années, quand tu ne seras plus rien, certains historiens ou politologues nous expliqueront que tu étais le symbole d’une hypercommunication vide, d’une mise en scène politique poussée à l’extrême… le paroxysme, même. Parce que ça voudrait dire qu’on passera enfin à autre chose par la suite. Car, franchement, j’espère qu’on n’aura plus jamais toi. Ni tes nombreux avatars. 

Commenter cet article