Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Citizen Bartoldi

Blog d'une citoyenne qui rêve d'une société solidaire et égalitaire mais qui voit ce rêve s'éloigner chaque jour un peu plus

L’agaçante course à la citoyenneté modèle

Publié le 2 Juin 2020 par Nina in Citoyenneté, Actualités, Mise en scène du soi

 

Coucou les gens ! Vous vous souvenez de cette incroyable époque où nous vivions terrés chez nous, terrorisés par un virus merdique et mystérieux. C’était hier, littéralement. Je sais pas vous mais moi, cette histoire m’a plongée dans une longue période de confusion avec tous les messages contradictoires en permanence. Genre, là, ça y est, plus de virus. On n’a rien fait, on n’a ni remède ni vaccin (mais des masques) mais là, c’est ok, on peut sortir et voyager ! Je pine rien. Mais je dois être un cas particulier car sur Twitter durant toute la crise, qu’est-ce qu’on a pu clamer sa citoyenneté modèle.

Citoyenneté modèle

Injonctions passives-agressives

J’ai vraiment eu trois mois de malaise. A la fin, je supportais plus les injonctions à rester chez soi “bordel de merde”, les messages passifs agressifs en mode “ceux qui sortent ne respectent pas les soignants”, “à cause de vous, des gens vont mourir, bande de moules !”. Le pire, c’est que j’ai été sage durant le confinement, je ne suis sortie que pour faire des courses. Même pas je me suis mise au running mais je déteste ça. Je me suis contentée du jardin de la résidence pour marcher. Certains trouveront que faire les courses deux fois par semaine, c’était déjà trop de sorties et que j’ai même pas mis de gants… On sera toujours le mauvais confiné du voisin. On prenait l’ascenseur/les escaliers deux à trois fois par jour, mais quelle bande d’inconscients ! Cependant, je ne devrais pas me sentir visée par les injonctions agressives des réseaux sociaux et des citoyens modèles. D’ailleurs, c’était pas ce que je ressentais.

Prendre l'ascenseur au temps du coronavirus

Patauge en injonctions contradictoires

Alors quoi ? Bon déjà, moi, je les admire les gens qui savent toujours quoi faire pour être citoyen modèle. Sans exagérer : le 07 mars, Macron nous encourageait à sortir de chez nous, le 15 à aller voter et le 17 à ne plus jamais fouler l’asphalte du trottoir en bas de chez nous. Quoi ? Je vous rappelle que le 15, la citoyenneté modèle consistait à aller voter, ce qui a tué des gens. Je suis allée voter et je ne le digèrerai jamais. La semaine avant le confinement, j’ai fait un pot de départ à base de longues acolades avec le partant, j’ai pris un verre avec ma pote americano-sino-tawainaise qui vit normalement à Hong-Kong, j’avais passé la semaine collée-serrée avec une collègue chouchoute qui a déclaré le Covid la semaine suivante. J’avais rien à dire niveau “conduite exemplaire”. On nous a noyé sous les injonctions contradictoires, notamment sur les masques. Tout le monde y est allé de son indignation car, en allant dans la rue, il y avait d’autres gens dans la rue. Quoi ?

Paris vidé par le confinement

Regardez comme je suis exemplaire !

Ca m’inquiète toujours un peu, cette posture. J’en ai déjà parlé dans la démocratie sacrifiée mais il y a une mise en scène du soi qui me questionne. J’avais pas mal écrit sur ça, la mise en scène du soi, il faudra que je me replonge dessus. On ne poste jamais un message anodinement, ce n’est pas simplement un post-it qu’on posterait sur Twitter plutôt que sur un coin de son bureau. Quand on s’exprime sur les réseaux sociaux, c’est pour nourrir l’image qu’on veut que les autres aient de nous. Moi par exemple, j’oscille entre la citoyenne vénère, la perdue dans le développement personnel, artiste et écrivaine à ses heures perdues. Et la passionnée de dystopie (follow me, comme on dit). Et ce qui m’ulcère pas mal, c’est l’attitude “tous cons sauf moi” que j’ai particulièrement vu lors du confinement. Alors que je le répète, à moins de pas avoir mis un orteil dehors pendant les deux mois, y a zéro moyen de pas avoir été jugé par le voisin qui ne sait rien de vous mais vous a vu une fois dehors… Et encore, ne pas être sorti une seule fois, ça veut dire avoir activé les services de livraison et moi, je vous juge pour ça. Surtout celui ou celle qui s’est fait livrer un lecteur DVD dans l’immeuble voisin du mien. Un lecteur DVD, vraiment ?

Lecteur DVD portable

Juger sans savoir, ça repose

Non, en vrai, je ne juge pas car je ne sais pas. Je suis sûre que si je poste un message à l’emporte-pièce sur la livraison sur Twitter, quelqu’un va se sentir visé et va m’expliquer pourquoi lui, il a utilisé la livraison. Et peut-être qu’effectivement, il aura eu toute légitimité à le faire. Car j’aurai beau poster des messages “moi, je suis au-dessus de la mêlée”. J’ai été la première à ne pas comprendre l’engouement soudain pour le running mais je ne suis pas dans la tête des gens. Si c’est la seule façon qu’ils ont trouvé pour ne pas péter un câble, qu’ils courent donc. Et moi, je ferme ma bouche. Car nul n’est au-dessus de la mêlée. Vous n’êtes pas les seuls à avoir capté l’importance (ou non, je suis pas sûre mais on va dire que si) du confinement, je n’ai pas besoin de vos kilotonnes de “restez chez vous, bordel !”. Franchement, parfois, j’avais l’impression de voir des gamins à l’école “Hé madame, Yaël a pas fait ses devoirs alors que moi, si !”. Ouah, bravo, tiens, ta médaille de citoyen exemplaire. On dirait la famille voisine qui hurlait littéralement lors des applaudissement à 20h. Tu applaudis pour encourager les soignants ou pour faire remarquer à tes voisins que tu es exemplaire ? Bon, en vrai, vu comme c'est le gosse (8-10 ans ?) qui s'égosillait, je pense que les parents avaient négocié la paix à la maison toute la journée avec droit de hurler à ce moment-là.

Applaudissements à 20h

Convaincre ou se montrer ?

Je ne dis pas que certains comportements ne m’ulcèrent pas. Ca m’a saoulée que le jardin de la résidence devienne le nouvel endroit à la mode pour se droguer à base de gaz chantilly avec des gamins qui laissent toutes leurs douilles et ballons de baudruche partout. Je suis encore plus agacée par les gens qui jettent leur masque dans la rue. Je peux comprendre qu’à force de dramatiser la maladie, t’as l’impression qu’elle poisse l’air et qu’elle contamine tout et donc que tu veux pas ramener le masque chez toi. Mais comprendre n’est pas cautionner et je suis juste fatiguée de ce comportement égoïste et individuel. Jette-le à la poubelle dans la rue, je sais pas ? Mais je vais pas le tweeter à chaque fois que je vois un masque par terre, je vais pas tweeter à chaque fois que je rentre chez moi “ramassez vos déchets, bordel !”. Déjà parce que ça ne concerne même pas ma communauté. Les “restez chez vous, bordel !”, j’aurais pu les tweeter en long, en large et en travers, ma communauté faisant de même, je me doute bien que je prêche dans le désert. J’avais arrêté, y a quelques années, de partager des contenus dézinguant le FN car… je n’avais personne à convaincre dans ma commu, en fait. Aller dans le sens du courant en réclamant la médaille du courage, de l’éveil et de l’exemplarité, c’est… 

Les petits poissons

Mais quel virus, en fait ? 

Bref. Vous, citoyens exemplaires en toute circonstance, je vous envie votre certitude. Moi, je n’ai toujours pas compris ce qu’il fallait faire exactement pour ne mettre personne en danger. Mais de toute façon, ce virus, il ne doit plus exister vu que plus personne n’en parle. Non ?  

Commenter cet article