Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Citizen Bartoldi

Blog d'une citoyenne qui rêve d'une société solidaire et égalitaire mais qui voit ce rêve s'éloigner chaque jour un peu plus

Contre feux ou silences médiatiques : le grand complot ?

Publié le 8 Septembre 2020 par Nina in Actualités, les médias

Naaaaaaaaan ! L’an dernier, dans un monde sans Covid, l’Amazonie a flambé. Cette année aussi mais je ne parle pas de 2019 par hasard. J’étais tombée y a quelques mois sur la vidéo d’une Youtubeuse qui parlait de ça. Je ne la cite pas parce que je retrouve pas du tout la vidéo et je m’en excuse. Elle était directement concernée par le sujet car elle vivait au Brésil, de mémoire. Elle expliquait que si les médias français n’en avaient pas parlé plus tôt, ce n’était pas tant par volonté de taire le sujet que par manque de place ou d’information. Et je me suis dit que ça ferait un bon article. Si on ne parle pas d’un sujet, est-ce par pure volonté d’allumer des contre feux et de taire la réalité ?

Les incendies en Amazonie

"Personne n'en parle", la vaste blague

On va déjà aborder un sujet qui me hérisse toujours le poil : les actualités présentées comme “et personne n’en parle”. Je l’ai vu notamment cet été sur des incendies en Amazonie, à nouveau. Personne n’en parle mais ton tweet tourné de cette façon est retweeté des milliers de fois, ça fait beaucoup de gens qui parlent de ce dont personne ne parle, voyez. Il y a toujours cette prime à ce savoir soit disant rare, unique. J’en parlais déjà un peu dans mon article sur les relations internationales. Alors on va démonter un truc de suite : savoir des faits n’est pas un signe d’intelligence. Ca me déprime cette prime à la culture relativement alternative. Je dis pas que je n’ai jamais eu ce travers là, hein. En 2012, il y avait un grand mouvement étudiant au Québec qui avait été assez sévèrement réprimé. La France a parlé du sujet quand les répressions ont commencé à salement dégénérer et j’ai fait ma maline en mode “oui, enfin, ça fait des mois que ça dure, hein”. Oh mais tais-toi ! J’ai fait un mémoire sur le Canada, j’aime la culture québécoise donc je suis pas mal de Youtubeurs de là-bas, des sites, des influenceurs… j’avais zéro mérite à avoir ce savoir. C’est mon centre d’intérêt. Bref, arrêtez de croire que connaître une actualité non traitée dans les médias mainstreams fait de vous quelqu’un de supérieur. Arrêtez de répondre à la flatterie des bas instincts en partageant un “personne n’en parle”. Si, on en parle.

De la mise en lumière d'une info

D’ailleurs, qu’est-ce que ça veut dire que personne n’en parle ? Quand j’étais étudiante, un de mes meilleurs amis s’était lancé un défi, un jour : lire tous les articles d’un journal du Monde. Ca lui avait pris à peu près six heures. Je suis abonnée à Mediapart, je dois lire 5% des articles ? Ce n’est pas parce qu’une information n’est pas passée sous votre radar qu’elle n’existe pas. En vérité, le sujet n’est pas “personne n’en parle”. Je suis persuadée que si vous vous penchez sur un sujet lambda, vous réaliserez qu’il existait des brèves, des entrefilets cachés en page 14. Ce serait même un sujet super intéressant de voir la vie et la mort d’une actualité. J’avais eu cette idée sur le Covid, voir comment on est passés de “y a une grippe un peu sévère en Chine, tiens” à “on approche des 900 000 décès* dans le monde”. Le sujet n’est pas là, en vérité… La vraie question est “pourquoi cette donnée n’a pas été mise en lumière plus tôt”.

Mise en lumière

Donner ce que les gens veulent avant tout

Les médias, quels qu’ils soient, sont une entreprise qui doit vendre. Du papier, de la vue, des pages visitées, voyez l’idée. Donc il va proposer en priorité ce qui intéresse, à priori, les gens. On pourrait discuter de l’oeuf ou de la poule : est-ce que ça intéresse les gens parce qu’on leur dit de s’y intéresser ou les médias répondent à une réelle demande ? C’est pas le sujet mais j’ai conscience que tout est bien plus complexe qu’un “faut vendre, on donne ce qui marche”. Mais il n’y a pas toujours de calcul dans ce qui est mis en avant ou pas. Ou plutôt ce qui ne l’est pas. Les médias ne recalent pas l’Afrique au fond des pages internationales parce qu’ils veulent cacher ce qu’il s’y passe mais parce qu’ils estiment que ça intéresse moins leurs lecteurs. Parce que l’Afrique, ça nous paraît loin d’un point de vue culturel, qu’on ne connaît pas bien l’histoire de tous ces pays qui ne sont que rarement étudiés à l’école. Je ne sais pas si les médias ont raison ou tort sur cette question mais malheureusement, un coup d’Etat au Mali ne bouleversera pas suffisamment notre quotidien de Français pour passer en première page, à moins de compter les morts par milliers. Donc peu de chances que ça truste la une… 

 

Coup d'Etat au Mali

Le silence n'est pas forcément calculé même s'il a un sens

Bien sûr qu’il existe des contre feux médiatiques, je serais bien naïve de prétendre le contraire. On va lancer une polémique à deux balles pour qu’on arrête de parler de la bite à Griveaux ou les accusations sur Darmanin, par exemple. Mais il serait faux de prétendre que tous les silences sont justifiés par une volonté de taire un événement. Ce n'est pas une bonne grille de lecture. Le monde est si vaste, il est illusoire de croire qu’on peut tout savoir, tout connaître. Par contre, ces silences peuvent parfaitement mettre en lumière la valeur que les médias accordent ou non à un sujet, à un pays. Pas toujours volontairement. Et surtout, on arrête de croire qu’on est le seul ou la seule intéressé·e par l’histoire d’un pays. Et plutôt que de pester sur le fait que personne n’en parle alors que vous, vous savez… bah écrivez un article, un thread, une vidéo ou ce que vous voulez pour apporter des lumières sur le sujet. Sans condescendance, merci.

 

*J’écris ça le 04 septembre, je ne pense pas qu’on les dépasse au moment de la publication mais je préfère préciser. 

Commenter cet article