Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Citizen Bartoldi

Blog d'une citoyenne qui rêve d'une société solidaire et égalitaire mais qui voit ce rêve s'éloigner chaque jour un peu plus

"Ne sois pas blessé.e par ce qu'il dit, c'est un troll"

Publié le 10 Octobre 2019 par Nina in injonctions, troll, cyber harcèlement

Nouveau (et dernier ?) volet de mes articles sur les injonctions sur tout ce qui tourne autour de l'ouverture d'esprit et l'obligation du débat. Aujourd'hui, on va parler de "l'injonction à la non sensibilité" qui me hérisse tout autant le poil. En clair, quand vous vous faite cyber agresser ou harceler, ces bonnes âmes qui viennent vous expliquer que vous devriez vous en foutre car ce n'est que du troll.

Le cyber harcèlement par les trolls


Alors, je ne peux contester que les mecs (oui, ce sont des mecs 99% du temps, les 1% restants sont des meufs qui pensent être à l'abri parce qu'elles sont potes avec les oppresseurs) se nourrissent de nos réactions. Quand ils viennent nous agresser, le but in fine est de "nous achever", nous faire disparaître virtuellement, faire taire notre voix. Donc effectivement, on peut se dire qu'il ne faut pas réagir, être au dessus. Sauf que...

 

Notre fragilité au moment T


On n'est pas toujours au sommet de la montagne, c'est comme ça. Il y a des moments où l'on s'aime bien et les attaques sur notre physique, par exemple, glissent sur nous comme la pluie sur un k-way. Et puis il y a ces moments mous, voire noirs où l'on devient sa pire ennemie. Où l'on ne s'aime pas. Ça arrive, on a le droit. Donc si l'attaque arrive à ces moments là... j'ai toujours eu de la chance de recevoir les pires attaques à des moments plutôt up... et pourtant, j'en ai reçu du dégueulasse, entre celui qui m'avait violemment démolie sur son blog, attaquant chaque centimètre carré de mon corps, à celui qui me promettait de me pisser dessus le jour où il me retrouverait à faire la manche. Oui, plus ils sont oppressifs, plus ils sont poètes. Alors oui, ça paraît grotesque dit comme ça, c'est trop pour qu'on puisse réagir en se disant "merde, il a raison, je suis immonde et je fais finir sur le trottoir à me faire pisser dessus par des mâles bêtas". Mais au-delà du propos, trop ridiculement violent pour provoquer un quelconque mal-être, il y a l'intention. Comment puis-je provoquer tant de haine ?

Etre confronté à la haine des autres

 L'autorisation tacite à l'agression et au harcèlement

J'ai été violemment harcelée durant mes années de blogging, j'ai fini par porter plainte car on avait dépassé l'attaque physique, j'avais carrément eu droit à des menaces de mort. J'avais été jusque dans un commissariat du fin fond des Yvelines où la plainte avait échoué. Je n'ai plus entendu parler de cette histoire ensuite puis il y a deux ou trois ans, le coupable est venu faire son mea culpa en comm de mon blog. En mode "j'étais un petit con, sans rancune ?". Mon premier réflexe "oui, tiens, si tu veux mon pardon, prends-le, j'avais oublié cette histoire." Mais finalement, je n'ai rien fait. J'avais prévu un mail un peu épicé mais je n'ai pas pris le temps non plus. Je dis non à cette demande de pardon car il ne s'agit pas de moi. Ce mec s'en est pris à moi parce que je représentais un archétype qu'il ne supportait pas genre la meuf libérée ou je n'en sais rien (c'était en 2007, je parlais moins de féminisme). A part le mec qui m'a démolie sur son blog, rien de personnel, jamais. Et encore, pour ce type-là, je soupçonne que ce n'était pas mon individu, le problème, mais le fait que je ne m'étais pas assez soumise à lui, je n'étais pas assez admirative ou je ne sais quoi. Ça, c'est un processus, de comprendre que le "troll" ne nous attaque pas en tant qu'individu mais en tant que symbole. Mais on reste des personnes, avec nos fragilités. Si cette histoire de mort ne m'a laissée qu'une relative paranoïa (qui s'est éteinte depuis que les blogs ne sont plus qu'un vestige d'un ancien temps, vive les vlogs et podcasts), que se serait-il passé si le mec m'avait attaquée à un moment où je n'allais pas bien ? A un moment où j'étais isolée dans ma vie ? Est-ce que vous concevez cette violence ?  "Quelqu'un me vaut au point de vouloir me supprimer". Et encore, moi, j'ai eu de la "chance", ma relative popularité a eu lieu avant l'émergence des communautés de harceleurs de JVC. Les mecs débarquent parfois ici ou là dans mes comms car un de mes articles sur le not all men est lié sur un forum un peu féministe. Les mecs lisent des forums qui ne les concernent pas pour harceler derrière.

Un hacker à capuche


Alors on pourrait en rire et se dire que ces vilains enfants ne méritent pas de considération. Prendre en compte leur existence est déjà leur conférer trop d'importance. Oui, c'est vrai dans l'absolu. Sauf que non. Ne pas lever la voix face au harcèlement ciblé parce que "roh, ça va, c'est des gosses/débiles", c'est lâche et surtout, ça ne leur permet pas de comprendre qu'ils pourraient déclencher quelque chose de très violent chez leur victime. Le suicide de personnes harcelées, c'est pas un mythe... et même sans aller jusque là, vivre dans la peur ou voir ses idées noires entretenues par le feu nourri des insultes, non. Mais surtout... vous ne trouvez pas légèrement problématique de demander à la victime d'adopter la bonne attitude ? Vous trouvez normal de lui demander, à elle, d'être forte et de subir en silence ? Non, ce n'est pas à elle de faire genre que tout ça lui passe au-dessus. Parce que, déjà, rien ne garantit qu'à ce moment de l'histoire, la victime est en état de garder la tête haute. Surtout que le harcèlement organisé, notamment par les jvc, là, ce sont des centaines d'insultes et de menaces de viol et de meurtre pendant plusieurs jours, des mecs qui viennent vous inviter au suicide par trouzaines. Personne ne peut traverser ça sans trembler et ils le savent très bien, ils font précisément ça pour nous silencier.



Alors quand vous voyez une personne subir un shitstorm de la sorte :
1. Vous ne lui dictez en aucun cas sa conduite, mettez-vous en mode empathie
2. Envoyez un message bienveillant. Ce n'est pas garanti qu'il soit vu car la personne va sans doute couper des notifs mais,dans le doute... vous pouvez y ajouter une photo d'animal mignon
3. Vous signalez les messages insultants et n'hésitez pas à faire quelques caps écran. Si la victime envisage de porter plainte, ça peut aider.
4. Remettre les trolls à leur place et sifflez la fin de la récré. Ce dernier point, par contre, c'est uniquement si vous avez une certaine influence sur ces communautés là. Sinon, il ne sert à rien de prendre sa part de harcèlement, ils n'oublieront pas leur victime initiale pour autant.

Commenter cet article