Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Citizen Bartoldi

Blog d'une citoyenne qui rêve d'une société solidaire et égalitaire mais qui voit ce rêve s'éloigner chaque jour un peu plus

Le blocage sur Twitter, un acte sain

Publié le 16 Novembre 2021 par Nina in Débattre, trolling, Sérénité d'esprit

Toujours pas envie de parler d’actualité, nous allons donc causer cyber-hygiène mentale. Pas la chaîne Youtube, nan. Je vous parle de quelques réflexes sains pour ne pas se faire polluer les chakras. Car si, dans la vraie vie, l’immense majorité des gens ne vous veulent pas de mal, sur les réseaux sociaux, il y a un culte de la méchanceté que je m’explique peu. Une culture de “je vais te faire fermer ta gueule” malveillante. Et dans ces cas-là, je vous le dis sans tortiller : le blocage est votre planche de salut.

Bloquer les trolls

Le réseau social du clivage

Je vais parler de Twitter car c’est le réseau social où le ratio temps passé/risque d’insulte est le plus élevé. Parce que je passe pas mal de temps sur Instagram aussi et à part une pauvre meuf frustrée qui m’a traitée de tueuse d’arbres parce que j’osais lancer mon roman en auto-édition, j’ai jamais eu de commentaire négatif. Si vous voulez acheter mon roman qui parle d’engagement dans une cause et d’écoterrorisme, cliquez sur le lien. Faut dire que je poste des photos de vacances, de fleurs ou de Playmobil, y a pas vraiment de quoi m’attaquer. Je ne vends rien (sauf mon roman), je ne promeus rien. Quoi que j’ai réalisé mes premiers blocages hors spam suite au post de Balance ton agency sur l’écart de salaire selon le genre tant ça pullulait de trolls débiles. Vraiment, le “l’égalité des salaires, c’est la ligne droite vers le communisme et Staline, il a tué des millions de gens”, ça ne peut être qu’un troll. Parce que personne ne peut être con à ce point-là. Si ? Bref, on va prendre Twitter car c’est le réseau social où je clive le plus.

Trolls de Twitter

Ils ne veulent pas débattre, ils veulent vous énerver

J’ai déjà parlé des raids semaine dernière. Les trolls sur les réseaux sociaux ne sont pas simplement des abrutis isolés en manque d’attention mais des gangs décidés à silencier ceux qui les dérangent. Pas de bol, ça tombe souvent sur des gens de gauche. On en reparlera de ça, aussi. Au début, quand ça commence à chauffer dans tes mentions, tu essaies de répondre à tout le monde, y compris les remarques les plus absurdes car on a tellement sacralisé le débat. Si tu refuses de débattre, c’est bien que tes bases ne sont pas solides. Alors non. Vraiment, on va arrêter avec ça. De un, tout débat n’est pas souhaitable, surtout selon qui on a en face. Surtout quand la personne en face n’a qu’un seul but : vous faire sortir de vos gonds. Et le fait de répondre n’importe quoi a de quoi faire perdre patience, je vous jure. Et puis surtout, quel est le but du message initial ? Souligner un problème, un fait, une inégalité. Noyer votre message initial par des “débats” avec des gens qui sont déjà convaincus que vous avez tort et qui ne changeront pas d’avis malgré la kilotonne de chiffres ou de faits que vous apporterez, ça ne sert à personne. La personne n'est pas là pour être potentiellement convaincue. Elle est là pour vous provoquer ou vous silencier. 

Provocateur

Bloquer, c'est péché

Longtemps, j'ai trouvé que bloquer, c'était péché. Je bataillais fermé, y compris avec des Fafs ou des fans de Dieudo. Jusqu'au jour où je me suis épuisée avec une negationniste Dieudonniste qui disqualifiait tout lien que je lui envoyais d'un "relais de la parole officielle, ça vaut R." Et quand j'ai rétorqué que j'avais visité un camp de concentration donc que j'avais une preuve tangible, j'ai eu droit à "t'as de la chance d'avoir pu y aller, moi non. Alors je continue de douter". La chance ? Donc en résumé, j'ai perdu des heures de ma vie avec une sombre idiote soit convaincue de ce qu'elle disait, soit se régalant de provoquer les bien-pensants...Et je ne sais pas ce qui est pire. 

Du scotch sur la bouche

Débattre à l'ère de la post-vérité

On a toujours cette haute et belle image du débat. On se dit qu'avec deux ou trois arguments et quelques faits solides, l'autre sera obligé de changer d'avis. Lol, comme on disait dans les années 2000. On vit à une époque où des gens pensent que la Terre est plate et qu'on peut vous inoculer des tas de nanorobots qui vous traceront partout et serviront d'antenne-relais 5G. Qu'est-ce que vous voulez faire avec ça ? Alors, certes, j'aime croire que tout débat n'est pas vain. Qu'il y a un.e lecteurice silencieuxse qui lit le débat et va se forger une opinion. Mais à ce niveau-là, autant faire un thread, article, podcast ou vidéo sur le sujet. Vous vous épargnerez quelques pics de tension. 

Perdre ses nerfs en débattant avec des trolls

Bloquer en préventif, par sécurité

Bloquer ceux qui veulent troller, OK. Mais je vais aller plus loin. Ouuuuh. Il faut bloquer en préventif. C'est non seulement un gage de sérénité mais c'est encore la meilleure arme contre les trolls. Moi, je n’hésite pas. J’utilise grosso merdo deux méthodes. La première, le blockchain quand un mec bien moisi qui lance ses camarades sur une cible se révèle. Mais de temps en temps, je vais sur les threads féministes ou anti-grossophobes et là, je bloque tous ceux qui disent de la merde et dont on sent la mauvaise intention. Déjà, dès que je vois une PP Reseda, Pepe the frog ou une PP manga, hop, j’ai même pas l’ombre d’une hésitation. Car oui, ces gens nous veulent du mal et comment les empêcher de nuire. Bah simplement en les laissant hors de nos feeds. Et si ça provoque en mode “lol, elle m’a bloquée, elle est faible” ou truc du genre… Bah, vous croyez qu’on a que ça à foutre de répondre à ces provocs ? La meilleure façon de les étouffer, c’est encore de les ignorer.

 

 

Commenter cet article